RHODA SCOTT - LADY ALL STARS

RHODA SCOTT - LADY ALL STARS
SAMEDI 17 SEPTEMBRE - ALPILIUM - 20H30

Rhoda Scott orgue Hammond
Géraldine Laurent
saxophone alto
Lisa CatBerro
saxophone alto
Sophie Alour
saxophone ténor
Airelle Besson
bugle, trompette
Anne Paceo batterie
Julie Saury
batterie

À 83 ans, l’organiste américaine entourée par la génération montante des jazzwomen de l’hexagone nous montre que sa Leslie n’en a pas fini de tourner. Une volonté dans la continuité d’une carrière qui n’a cessé d’affirmer la place des femmes dans le jazz, un mouvement dont elle fut l’une des pionnières. En témoigne le titre de son précédent album avec le Lady Quartet « We Free Queens » de 2017. Un Lady Quartet devenu depuis un Lady All Stars où l’on retrouve bon nombre des femmes qui font le jazz français d’aujourd’hui. Les figures fortes qui participent à cet ensemble ne sont autres que les grandes. Guidé par une artiste exceptionnelle et généreuse, véritable fée de l’orgue Hammond, cet ensemble au groove fougueux, (double batteuses oblige) est salué par toute la planète jazz.

L'histoire du Lady All Stars
Formé à l’origine en 2004 avec Sophie Alour au saxophone ténor, Airelle Besson à la trompette et Julie Saury à la batterie, le groupe est devenu, à partir de 2007, un quartet à deux saxophones avec l’arrivée de Lisa CatBerro qui succède à Airelle Besson. Toutes ces musiciennes mènent carrière en leur nom : Sophie Alour, à la tête de projets qui l’ont vu voyager de Broadway à l’Orient ; Lisa CatBerro, qui développe en quartet un univers personnel teinté de pop, de folk et de chanson ; Julie Saury, qui cultive son swing en trio avec Carine Bonnefoy et Felipe Cabrera comme aux baguettes du Duke Orchestra. À ces trois fidèles partenaires, Rhoda Scott associe quatre consoeurs musiciennes, pour composer le fameux « Lady All Stars » : Géraldine Laurent au saxophone alto, Airelle Besson au bugle et à la trompette, Céline Bonacina au baryton, et Anne Paceo à la batterie. Les deux batteries et la présence renforcée de soufflants permettent à l’organiste de constituer ainsi un véritable «mini big-band» dont l’énergie funky et les riffs mélodiques viennent exacerber la dynamique résolument joyeuse de cette musique.

« Jouer avec ces jeunes consoeurs m’a stimulée et j’ai appris beaucoup d’elles, confiait l’organiste à l’occasion de ses 80 ans au magazine Télérama. Après les concerts, des spectatrices me disent aussi que ça leur fait du bien, et que nous sommes des modèles possibles pour leurs filles. »

Design graphique Christophe Alglave
Création de sites internet Intrasite